Pluie et avalanche

8 janvier 2018 •

Dans le cadre d’une formation « Nivologie, mécanisme de déclenchement d’avalanche et gestion de déplacement » dont vous trouverez toutes les informations ici: http://www.beaufortain-guide.fr/ski/formation-neige-et-avalanche/, nous avons réalisez plusieurs coupes du manteau neigeux sur le secteur du Grand Mont dans le massif du Beaufortain.
Nous sommes le samedi 6 janvier 2018, et ces 3 derniers jours étaient météorologiquement apocalyptiques. En effet, pendant deux jours, il a plu haut en altitude, environ 2400 mètres d’altitude en fonction des massifs. Cette pluie a été entrecoupée par un épisode neigeux où la limite pluie/neige est redescendue au alentour de 700 mètres d’altitude pendant la nuit. Il y a eu également beaucoup de vent. Cet événement était plus connu sous le nom d’Eleanor.

Aujourd’hui, il fait beau. Il y a aussi du vent.

IMG_4049Coupe du manteau neigeux

Ci dessous, une des coupes réalisées. Nous avons creusé à une profondeur d’environ 1.20 mètres à une altitude de 2340 mètres sur un versant Nord Nord Est. Nous nous trouvons à proximité du col de la Forclaz. Il est 14 heures.

coupe

A cet endroit, nous avons relevé une épaisseur total du manteau neigeux de 3m80 !

Les différentes couches de haut en bas:
-10 à 15 cm de grains fins ventés provenant du transport de la neige par le vent
-Épaisse croûte de regel d’environ 10 cm résultante du regel nocturne d’où les conditions de neige vitrifiées d’aujourd’hui plus bas en altitude.
-Épaisse couche de grains ronds. Ils résultent de l’humidification du manteau neigeux par la pluie des jours précédents.
-Du grains fins puis de la neige roulée.
-Succession de croûte de regel et de couche de grains fins. La pluie s’est invitée à plusieurs reprises suffisamment haute en altitude (limite pluie/neige faisant le yoyo) pour humidifier ces couches. Les redoux peuvent être aussi à l’origine de cette humidification. Puis les températures froides des nuits ont regelé une partie des couches.

Le manteau neigeux à cet endroit est plutôt « bon »! Aucuns grains constituant des couches fragiles potentielles ne sont présents. Néanmoins, la présence de neige roulée m’alerte. Rappelez vous: http://www.beaufortain-guide.fr/neige-roulee-et-couche-fragile/

IMG_4044Neige roulée présente dans le manteau neigeux

Nous décidons de faire un test de compression à la pelle (Tap Test) pour mettre en évidence une possible amorce de rupture dans cette couche de neige roulée potentielle couche fragile.

IMG_4055Tap test

Nous isolons une colonne de neige, nous posons le godet de la pelle à la surface de la colonne et nous agissons sur celui-ci à intensité différente.
Après coup de poignet, de coude et enfin d’épaule, nous n’observons aucune amorce de rupture dans la couche de neige roulée (pas d’effondrement).
Ensuite, nous isolons un long bloc du reste du manteau neigeux pour essayer d’amorcer la rupture dans cette couche à l’aide de la scie. Aucun effondrement n’est noté. Et cela même avec des surcharges de neige ajoutées sur la surface du manteau neigeux.
Les couches supérieures à la couche de neige roulée sont beaucoup trop épaisses et beaucoup trop dures pour amorcer une amorce de rupture. La croûte de regel (10 cm) provoquée par l’humidification de la surface du manteau puis du regel nocturne, ainsi que l’épaisseur de la couche de grains ronds également provoquée par humidification (pluie) empêche toute activation dans la couche de neige roulée, potentielle couche fragile.

♠♣♥♦ L’activation (amorce de rupture et propagation) d’une couche fragile enfouie est tributaire de l’épaisseur et de la dureté de la couche supérieure à la couche fragile (structure de plaque). Nous pouvons parler de « taux d’amortissement ».

Dans notre cas, la pluie a joué un rôle déterminant et favorable dans la stabilisation du manteau neigeux:
-Elle humidifie les grains constituants des couches fragiles. Cela les rend moins « actifs ».
-Elle tasse les couches supérieures du manteau neigeux (l’action du regel nocturne est un plus)

/ATTENTION/  la pluie, par humidification et traduit par une augmentation de la masse volumique du manteau neigeux, engendre des surcharges nouvelles sur celui-ci. Ce paramètre doit être surveillé et pris en compte car il augmente nettement la possibilité d’aller solliciter des couches fragiles enfouies.

Photos de la formation « Nivologie et mécanisme de déclenchement d’avalanche de plaque »

IMG_4069Neige roulée

IMG_4047Les grains de neige

IMG_4068Stability games: Tap test, activation de couche fragile à l’a scie, rushblok…